photo sharing and upload picture albums photo forums search pictures popular photos photography help login
Jean-Michel Peers | all galleries >> GIVERNY en images et GIVERNY AUTREFOIS >> GIVERNY autrefois ... histoire, cartes postales, photos. > ALBERT FERON, pépiniériste, et sa FAMILLE
previous | next
ALBERT FERON, pépiniériste, et sa FAMILLE

ALBERT FERON, pépiniériste, et sa FAMILLE

view map

Textes d'André Buffet et de Jean-Michel Peers
Photographie et mise en page de Jean-Michel Peers
Cartes postales de la Terra Foundation for American Art, excepté
"Environs de Vernon, vue de Giverny", coll. Claude Landais
Archives municipales
______________

Documents familiaux

Avec seulement trois cartes postales, nous avions peu d'éléments pour faire revivre l'histoire de cette
importante entreprise givernoise aujourd'hui disparue. Grâce à la gentillesse de plusieurs descendants
d'Albert Féron, fondateur des pépinières de Giverny à la fin du 19ème siècle, nous pouvons vous présenter
une page enrichie de précieux souvenirs et documents familiaux. Nous remercions chaleureusement
Mesdames Jacqueline Lamarre, Anic Radet, Murielle Laudereau et Ginette Delatouche,
respectivement fille, petite-fille, arrière-petite-fille et belle-fille de Louise Delatouche-Féron,
ainsi que Odette Croci et Christian Féron, respectivement petite-fille et arrière-petit-fils
d'Albert et Rosalie Féron, pour leur disponibilité et leur confiance.

__________________________

LES PEPINIERES DE GIVERNY

L'histoire des pépinières commence à Giverny peu avant le 20ème siècle sur un grand terrain délimité, à l'est, par la
rue des Grands Jardins, au nord, par la rue d'En Haut (rue Claude Monet), au sud par la rue du
Milieu. A l'ouest, la propriété longe la rue de la Ferme (Dîme) et comprend une belle ferme.



Sur le cadastre de 1836, on voit l'ensemble du terrain (parcelle 1217) et les rues qui le bordent.
La seule construction qui y figure à cette époque est la ferme de la Dîme, qui
deviendra la résidence de la famille Féron jusqu'au début des années 20.








Albert et Rosalie Féron (Ferme de la Dîme, vers 1900)




Albert Féron (1863-1916) est un horticulteur professionnel. Il s'installe à Giverny vers 1890.
Originaire d'Heubécourt, à 13 km de Giverny, il fut l'élève d'Alexis Lepère à Montreuil-sous-Bois.
Jusqu'à la Première Guerre Mondiale, son entreprise connaîtra un bel essor et sa résidence,
la ferme de la Dîme passera du statut de ferme à celui de confortable maison de famille.
La carte postale présente les bâtiments des pépinières construits côté rue
des Grands Jardins. En arrière-plan, on devine les collines du "Grand Val".




Sur cette carte postale des "Grands Jardins", vers 1913, on voit les pépinières depuis la rue d'En-Haut.
La belle demeure anglo-normande, voisine des pépinières, n'en fait pas partie. Elle se situe à
l'angle de la rue des Grands Jardins et de la rue du Milieu. Nous publions de nombreux
documents d'époque et d'anecdotes sur cette grande maison. Vous les trouverez ICI.
__________________________

L'ESSOR des PEPINIERES (1890-1915)

Albert Féron conçoit et entretient les jardins des propriétés de la région. Il compte, parmi ses
clients, la commune de Giverny. Contemporain de Claude Monet, il aurait pu lui fournir
des végétaux, mais nous n'en avons pas de trace. Par contre, c'est Albert Féron
qui a dessiné les terrases de la roseraie de l'Hôtel Baudy.(Cl.J.)



C'est aussi un pépiniériste qui livre à domicile, jusque dans la région parisienne.
Il a des clients prestigieux, comme le Château de Chambray avec ses 70 hectares de parcs et jardins.
Pour se rendre plus compétitif, il utilise un moyen de communication facile. Le téléphone n'est pas
encore d'un usage courant. Pour un artisan, un fournisseur, la carte postale est un excellent
moyen de joindre ses clients. Il lui suffit d'indiquer le jour de sa livraison.
Pas de perte de temps en parcours inutiles. Le principe est économique.
Peut-être n'est-il pas très rapide!




_________________________


UN NOUVEAU PAYSAGE




Avant 1900 (cette carte est datée de 1903), le terrain des pépinières n'est pas encore planté
dans sa totalité. Les végétaux, encores jeunes, se situent près de la ferme de la Dîme,
(l'ensemble de batiments sur la gauche de la carte) donnant sur la rue de la ferme.




20 ans plus tard, les plantations sont plus denses et vont jusqu'à la rue des Grands Jardins.
Des serres, des arrivées d'eau et des réservoirs en ciment sont disséminés sur l'exploitation;
on trouve encore quelques bacs à eau en ciment et quelques robinets de nos jours.



Au fond, la ferme de la Dîme et, peut-être, Albert Féron au milieu des installations.
____________________

LA FIN DE LA PROSPERITE.

En 1914, les deux fils d'Albert Féron sont mobilisés et reviennent blessés du front.
Un an avant sa mort à la fleur de l'âge en 1916, Albert Féron écrivait à sa belle-fille ...



La disparition, à 53 ans, du fondateur des pépinières de Giverny marquera la fin de 30 années de
prospérité et le commencement du déclin de ce qui fut la plus importante entreprise givernoise.
_____________________________________________


LES ENFANTS D'ALBERT FERON

Albert et Rosalie Féron eurent trois enfants: Lucien, Maurice et Albertine Louise (1899-1986).
Au décès de leur père, les deux garçons reçurent les pépinières, tandis que Louise hérita
d'une peupleraie, d'un terrain jouxtant le cimetière et de la ferme de la Dîme,
avec une petite dépendance sur la rue du Milieu.



Lucien et Maurice (en uniforme) en 1919 au mariage de leur soeur Louise avec Gilbert Delatouche.







__________________

LOUISE

Albertine Louise, habituellement nommée Louise, fréquenta l'école de Giverny
du temps d'Achille Delaplace. On aperçoit Louise sur quelques
photos de classe, dont celle-ci, datant de 1906.



Louise avait 7 ans.





Louise avait une amie d'enfance, Alphonsine Tersinet, dite Sisine, qui fréquentait aussi l'école.
On la voit tout à gauche de la photo. Sisine était née, comme Louise, en 1899. Ses parents
habitaient "Le Hameau", propriété voisine de celle de Claude Monet. Alphonsine et Louise
entretiendront des liens d'amitié jusqu'à la mort d'Alphonsine au milieu des années 80.
Photographiée une vingtaine d'années plus tard par un photographe professionnel,
on voit Louise avec Alphonsine et sa soeur Marcelle sur la page "Le Hameau".

En 1917, Louise commença à poser pour le peintre américain Frederick Carl Frieseke.
Elle avait 18 ans.
Dans une palette de bleus impressionnants de lumière, la jeune
demoiselle rayonne de douceur et de délicatesse dans...

..."FILLE AUX BOUCLES D'OREILLES"...





... "THE GOLD LOCKET" ...





... "PEACE" ...



Cette toile, intitulée "Paix", par Frederick C. Frieseke, est un des évènements
de l'exposition actuelle de la New Society of Artists - extrait de l'article qui
présentait l'oeuvre, prêtée par la Galerie Gimpel et Wildenstein.






Elle est représentée également avec un talent sans mesure dans

...THE OLD FASHIONED GOWN...




... et bien d'autres oeuvres, comme celle-ci, bien représentative du travail ...



...de ce grand peintre qui arriva à Giverny au tout début du siècle, y eut sa résidence d'été avec
sa femme pendant 14 ans dès 1906, et qui s'éteignit dans sa ferme normande de Mesnil-sur-Blangy
(Calvados) en 1939. A voir, une intéressante biographie ICI (Hollis Taggart Galleries)


_________________

A 20 ans, le 28 mai 1919, Louise épousa Gilbert Delatouche. Cet agrandissement est extrait
de la photo de la noce à la Ferme de la Dîme, reproduite en entier dans l'Album des Familles Givernoises
avec les noms des proches des mariés qui y figurent.





Gilbert et Louise eurent 3 enfants, Edith, en 1921, Jacqueline, en 1926, et Jack, en 1933.
Au début des années 20, Louise vendit la Ferme de La Dîme et loua une maison à Vernon,
rue Saint-Jacques. Le couple conserva cependant la petite dépendance sur la rue du Milieu
dont le long terrain agrémenté d'un verger donnait accès à la rue d'En-Haut, en face
du café-tabac-épicerie. Les parcelles 1162 et 1154 figurent sur le cadastre de 1935.




Durant les vacances scolaires Jacqueline y fit de longs séjours, et assistait le 14 juillet
à la distribution des prix présidée par Lucien Duboc (maire de 1929 à 1941), qui avait épousé la
soeur de son père. En compagnie de son oncle Maurice, Jacqueline se rendait souvent
au Moutier, et avait ainsi la possibilité de pénétrer dans la superbe demeure.

La maison de Vernon fut incendiée au début de la guerre, hélas avec de nombreux souvenirs,
dont un tableau que l'artiste avait offert à son modèle. Louise possédait encore un beau terrain
au-dessus du cimetière. Il fut vendu à Beppino Marinello en 1948, à l'exception d'une parcelle de
343 m² qu'elle vendit à la commune pour l'agrandissement du cimetière. A l'occasion de cette
vente, on lui accorda une concession dans la nouvelle partie du cimetière, mais elle ne
l'utilisa pas, puisqu'elle repose près de son mari, Gilbert Delatouche, à Vernonnet.


________________________________________


DE NOMBREUSES ANNEES PLUS TARD...

Ci-dessous, Madame Frances Frieseke Kilmer, fille du peintre, avec son mari,
devant un de leurs tableaux sur lequel figure Louise.



Frances et Louise s'étaient lées d'amitié, correspondaient, et se voyaient lorsque Frances venait
à Mesnil-sur-Blangy, petite commune du Calvados où le peintre s'était installé et avait choisi de
finir sa vie. Frances avait sans doute fait sa scolarité en France, car elle écrivait parfaitement le français.



A l'occasion d'une visite à Louise, qui habitait à Vernon, rue Carnot.



_____________________


Quatre générations plus tard, en 2011

Une version imprimée de cette page a été présentée lors d'un exposé que le jeune Thomas Radet (10 ans),
son arrière-arrière-petit-fils, a fait pour sa classe, sans doute impressionné et fier de voir que
sa jeune arrière-arrière-grand-mère figurait sur des toiles d'un peintre impressionniste
américain dont les tableaux sont exposés dans plusieurs musées des Etats-Unis
- dont le Metropolitan de New-York - ainsi qu'à Londres et à Madrid.
Un bel hommage!
________________________________________

MAURICE et LUCIEN

De retour du front, les deux fils d'Albert Féron reprirent l'exploitation des pépinières.
Maurice assurait aussi la surveillance de la propriété du Moutier en l'absence des Mac Monnies.




En tant que blessés de guerre, tous deux figurent dans le "Livre d'Or" des givernois blessés à la
Grande Guerre, calligraphié par Achille Delaplace. (voir fac-simile page "La Grande Guerre")
Maurice garda des séquelles d'un éclat d'obus au pied gauche. Lucien, plusieurs fois
blessé, fut cité à l'ordre du Génie et décoré de la Croix de Guerre.

Lorsque Louise vendit la ferme de la Dîme, les deux frères s'établirent dans les bâtiments rustiques
des pépinières situés côté de la rue des "Grands Jardins", On peut imaginer qu'ayant connu
la période faste des pépinières pendant leur enfance, ce changement leur fut difficile.
Seules des copies de bons de commandes et de factures postérieures à 1918 pourraient
nous donner une idée de l'activité de l'entreprise. On peut penser que l'établissement
d'Albert Féron eut à faire face à la concurrence de pépiniéristes livrant de plus
loin, par chemin de fer, des végétaux issus de régions au meilleur climat.
Il manquait sans doute aussi la créativité et l'impulsion de son fondateur.
_____________________

Maurice continua à habiter Giverny, au moins jusqu'en 1933. En effet, son fils Georges
fréquenta l'école de Giverny et eut Charles Bouquet comme instituteur. On le retrouve
sur la photo de classe 1932-1933 qui figure sur la page "La Maison Commune et l'Ecole"


Lucien s'était installé comme pépiniériste à Gisors. Les factures de son entreprise indiquaient
"Toutes les marchandises vendues sortent des pépinières A.Féron, de Giverny"





La réputation des pépinières de Giverny et la personnalité d'Albert Féron dans la région devait
être telle que la provenance des végétaux était sûrement une référence pour l'entreprise
de Lucien. Mais le capital en végétaux, ainsi vendu, était-il entretenu par de nouvelles
plantations? Les pépinières de Giverny fermèrent au milieu des années 30.
________________________________________






Retour en Page d'Accueil

Des commentaires? des suggestions?
Merci de nous écrire dans la fenêtre ci-dessous.
Pour nous permettre de vous répondre, indiquez vos noms et e-mail. Cochez "private comment", si
vous voulez que votre message ne soit visible que de l'administrateur du site. Ensuite, cliquez
sur "Add Comment". Nous prendrons contact avec vous dans les meilleurs délais.


other sizes: small original
Type your message and click Add Comment
It is best to login or register first but you may post as a guest.
Enter an optional name and contact email address. Name
Name Email
help private comment