photo sharing and upload picture albums photo forums search pictures popular photos photography help login
Sylviedalsace | profile | all galleries >> Eté 2007 tree view | thumbnails | slideshow

In Box | Au gré de mes promenades | Eté 2011 | Arche de Noé | Theo, mon westie | Famille - Amis | Alsace | Vallée de la Bruche - Alsace, Bas-Rhin | Fleurs, fruits, végétaux | Photo a day | Le Struthof - Pour ne pas oublier... | Perigord | Paris, | Marché de Noël - Strasbourg | Escapade dans le Sud Tunisien | Noël 2006 au pays des Pharaons | Regards Crétois | Eté 2007 | Images de rue | Photos d'autrefois | Jordanie/Israël/Palestine | ISTANBUL | A la loupe | Bâchons 2010 | Bâchons 2011 | Thaïlande | 25 août 2012 | Vietnam | Venise, la Sérénissime | Visages du Radjasthan | Au pays catalan

Eté 2007

Le bâtiment ainsi que le mécanisme ont été réhabilités en 2003. Il est mentionné sur les documents d'archive en 1692 et appartient au seigneur de Cucugnan jusqu'à la Révolution. Il est considéré en ruines en 1838. Ses ailes en frêne sont orientées face au vent grâce à un toit pivotant. Elles sont habillées de toile que le meunier dépliait en fonction de la force du vent. La poutre maîtresse est en chêne et les engrenages en buis. Les meules horizontales sont en granit. Ce moulin est bâti à même le rocher en pente, au dessus de trois anciennes aires de battage. Il témoigne d'une polyculture où le blé tenait une place prépondérante jusqu'à la moitié du XIXème siècle. L'économie locale reposait sur les céréales et l'élevage de chèvres et de moutons.

Le bâtiment ainsi que le mécanisme ont été réhabilités en 2003. Il est mentionné sur les documents d'archive en 1692 et appartient au seigneur de Cucugnan jusqu'à la Révolution. Il est considéré en ruines en 1838. Ses ailes en frêne sont orientées face au vent grâce à un toit pivotant. Elles sont habillées de toile que le meunier dépliait en fonction de la force du vent. La poutre maîtresse est en chêne et les engrenages en buis. Les meules horizontales sont en granit. Ce moulin est bâti à même le rocher en pente, au dessus de trois anciennes aires de battage. Il témoigne d'une polyculture où le blé tenait une place prépondérante jusqu'à la moitié du XIXème siècle. L'économie locale reposait sur les céréales et l'élevage de chèvres et de moutons.

L'abbé Martin était curé... de Cucugnan. Bon comme le pain, il aimait paternellement ses Cucugnanais ; pour lui, son Cucugnan aurait été le paradis sur terre, si les Cucugnanais lui avaient donné un peu plus de satisfaction. Mais, hélas! les araignées filaient dans son confessionnal, et, le beau jour de Pâques, les hosties restaient au fond de son saint ciboire.
Le bon prêtre en avait le coeur meurtri, et toujours il demandait à Dieu la grâce de ne pas mourir avant d'avoir ramené au bercail son troupeau dispersé... 

Alphonse Daudet - Le curé de Cucugnan

L'abbé Martin était curé... de Cucugnan. Bon comme le pain, il aimait paternellement ses Cucugnanais ; pour lui, son Cucugnan aurait été le paradis sur terre, si les Cucugnanais lui avaient donné un peu plus de satisfaction. Mais, hélas! les araignées filaient dans son confessionnal, et, le beau jour de Pâques, les hosties restaient au fond de son saint ciboire.
Le bon prêtre en avait le coeur meurtri, et toujours il demandait à Dieu la grâce de ne pas mourir avant d'avoir ramené au bercail son troupeau dispersé...

Alphonse Daudet - Le curé de Cucugnan

Peyrepertuse Un chemin de randonnée part du village et conduit au pied de l'impressionnante falaise où fut bâti Peyrepertuse (1 heure de marche).
On peut accéder en voiture au parking au pied du château.
Après la billeterie, prévoir 20 minutes de marche sur un sentier serpentant entre buis et chênes verts pour atteindre la porte d'entrée.
Sur le sentier qui relie le parking à l'entrée du château, des passages sont glissants et escarpés. Se munir de bonnes chaussures. De même, l'escalier Saint-Louis qui mène au deuxième château est glissant.

Un chemin de randonnée part du village et conduit au pied de l'impressionnante falaise où fut bâti Peyrepertuse (1 heure de marche).
On peut accéder en voiture au parking au pied du château.
Après la billeterie, prévoir 20 minutes de marche sur un sentier serpentant entre buis et chênes verts pour atteindre la porte d'entrée.
Sur le sentier qui relie le parking à l'entrée du château, des passages sont glissants et escarpés. Se munir de bonnes chaussures. De même, l'escalier Saint-Louis qui mène au deuxième château est glissant.

Principes de fonctionnement : c'est le principe de la concentration des rayons par des miroirs réfléchissants : une première série de miroirs orientables et situés sur la pente, captent les rayons solaires et les envoient vers une deuxième série de miroirs concentrateurs formant l'énorme parabole. Les rayons convergent ensuite vers le sommet de la tour centrale, sur une cible, une surface circulaire de 40 cm de diamètre seulement. Cela revient à concentrer l'énergie de 10 000 soleils. On obtient des températures considérables (rapidement (plus de 3000 °C) 
L'énergie est gratuite. Ce four permet d'obtenir de brusques changements de température, et donc d'étudier l'effet des chocs thermiques.

Principes de fonctionnement : c'est le principe de la concentration des rayons par des miroirs réfléchissants : une première série de miroirs orientables et situés sur la pente, captent les rayons solaires et les envoient vers une deuxième série de miroirs "concentrateurs" formant l'énorme parabole. Les rayons convergent ensuite vers le sommet de la tour centrale, sur une cible, une surface circulaire de 40 cm de diamètre seulement. Cela revient à concentrer l'énergie de "10 000 soleils". On obtient des températures considérables (rapidement (plus de 3000 °C)
L'énergie est "gratuite". Ce four permet d'obtenir de brusques changements de température, et donc d'étudier l'effet des chocs thermiques.

Entre la vallée du Conflent et le mont Canigou coiffé de neiges éternelles, cette magnifique petite cité fut construite dans un but défensif sur un mamelon jadis dominé par le château des comtes de Cerdagne.

Entre la vallée du Conflent et le mont Canigou coiffé de neiges éternelles, cette magnifique petite cité fut construite dans un but défensif sur un mamelon jadis dominé par le château des comtes de Cerdagne.