photo sharing and upload picture albums photo forums search pictures popular photos photography help login
Jean-Michel Peers | all galleries >> GIVERNY en images et GIVERNY AUTREFOIS >> GIVERNY autrefois ... Histoire, cartes postales, photos. > SAINTE RADEGONDE
previous | next
SAINTE RADEGONDE

SAINTE RADEGONDE

Texte d'André Buffet
Photographie et mise en page de Jean-Michel Peers
___________________________








L'EGLISE DE GIVERNY EST PLACEE SOUS LA PROTECTION DE SAINTE RADEGONDE
__________________________________________________________

Radegonde est née vers 518. Elle était la fille du roi de Thuringe, Berthaire.
La Thuringie représentait depuis longtemps une menace pour Clovis.

Aussi il n'est pas étonnant que, dans le labyrinthe des trahisons familiales et
des alliances avec les Francs, sa famille ait été massacrée en 531 par un fils
de Clovis, Clotaire, roi de Neustrie.

Ce dernier la fit prisonnière alors qu’elle n’avait guère plus de 12 ans.
La jeune fille, car en ces époques troublées, on atteint vite l’âge adulte, était
d’une beauté remarquable ... et fut remarquée par Clotaire et Thierry son frère,
roi d’Austrasie. Il semble qu’ils fussent près d’en venir aux mains pour elle.

Cependant Thierry annexa les ex-territoires de Thuringe et laissa la jeune fille
à son frère. Emmenée captive à la villa royale d’Athies, elle reçut, grâce à la
propre épouse de Clotaire, une éducation à la culture classique dispensée par les
meilleurs professeurs. Ceux-ci développèrent chez elle une grande intelligence et
une toute neuve mais profonde piété, car elle était d’origine païenne.

Devenu veuf en 538, Clotaire décida alors de l’épouser. Radegonde avait dix-huit ans;
sa répugnance envers le meurtrier de sa famille n’avait pas diminué avec le temps.
Alors que le mariage se préparait à Vitry, elle tenta de fuir mais, rattrapée,
elle fut contrainte d’épouser Clotaire à Soissons.
Le soir du banquet, elle se présenta en habits simples, refusant par humilité les
parures de reine qui devaient proclamer la puissance et la prospérité de son époux royal.
Elle refusa également de rompre le jeûne auquel elle se conformait.
La discussion entre les deux époux fut violente.

Elle fut une reine aimée de ses sujets car, dédaignant la vie mondaine d’une reine,
elle se consacra à une vie pieuse et charitable. Elle obtint même de son époux le
pardon et la libération de condamnés à mort. Or Radegonde avait un frère plus jeune
qu’elle, et qui avait partagé sa captivité. Quand celui-ci fut assassiné sur ordre
de Clotaire pour avoir entretenu des relations trop étroites avec Constantinople,
elle refusa la vie commune avec son époux et se destina à une vie de prières.

Elle chercha refuge près de Saint Médard, évêque de Noyon et lui demanda de lui
accorder l’habit de religieuse. Comme il hésitait, sans doute devant la colère
prévisible de Clotaire, elle alla jusqu’à le menacer. Elle se retira ensuite à Saix,
sur une terre que Clotaire lui avait donnée, pour y fonder un oratoire et un des
premiers hospices de France où elle s’occupa elle-même des malades. Cependant Clotaire,
qui la désirait toujours pour femme, se ravisa et la fit chercher pour la ramener à la cour.

Radegonde dut fuir une seconde fois et pour se cacher, fit pousser miraculeusement,
dit-on, de hautes avoines alors que ce n’était que le temps des semailles.
Clotaire, de ce jour, renonça à son épouse.

Elle se dirigea vers Poitiers où elle fonda en 552 ou 553 un monastère Notre Dame qui
prendra par la suite le nom de Sainte Croix, lorsqu’il recevra plus tard une relique
de la Croix. Quoique fondatrice du monastère, par humilité elle n’en fut jamais l’abbesse.
Elle ira cependant chercher en Arles, la règle rédigée par Saint Césaire (qui restera
en vigueur jusqu’à ce que celle de Saint Benoît la supplante) et obtiendra l'exemption
du monastère auprès de sept évêques, se placera sous la protection du Saint Siège pour
ne pas dépendre du pouvoir épiscopal. Elle gardera aussi des contacts avec les grands
du royaume et jouira d’une certaine autorité parmi eux durant le reste de sa vie.
A la mort de Clotaire elle oeuvra pour maintenir la paix entre les fils de ce dernier
et influencera en particulier son successeur Siegebert 1er. Elle mourut en 587,
âgée de 68 ans, à Poitiers, où l’église Sainte Radegonde abrite son tombeau.
_________________________

Des commentaires? des suggestions?
Merci de nous écrire dans la fenêtre ci-dessous.
Pour nous permettre de vous répondre, indiquez vos noms et e-mail. Cochez "private comment", si
vous voulez que votre message ne soit visible que de l'administrateur du site. Ensuite, cliquez
sur "Add Comment". Nous prendrons contact avec vous dans les meilleurs délais.


other sizes: small original
Type your message and click Add Comment
It is best to login or register first but you may post as a guest.
Enter an optional name and contact email address. Name
Name Email
help private comment